• Accueil

    plaisir des mots, partage des sourires
  • Désolée d'être aussi peu présente..

    Je n'ai pas le coeur d'écrire et ne veux pas me plaindre ... Pourtant le bien ressenti après avoir écrit n'est pas négligeable !

    La vie n'est pas un long fleuve tranquille.. chacune d'entre vous le sait !

    Nous avons toutes vécu des "périodes" difficiles.

     

    Perso, la dernière en date (samedi dernier) restera dans ma mémoire 

    car j'ai eu la peur de ma vie. 

    j'étais dans le centre commercial où s'est passée l'attaque qui a fait un mort et un blessé grave... J'étais pétrifiée... 

    Ma réaction a été à l'égal de la peur ressentie.. la panique !

     https://actu17.fr/attaque-au-couteau-a-claye-souilly-theo-18-ans-a-ete-poignarde-a-mort-pour-une-facture/

     

    Pour tout vous dire.. j'ai du mal à m'en remettre !!!! et la mort de ce jeune me chagrine beaucoup ! Elle me met en colère aussi !!! 

    **********

    je vous envoie des fleurs et surtout PRENEZ SOIN DE VOUS !

    Quelques nouvelles

     

     


    5 commentaires
  • Faire un texte avec : soit les mots soulignés en rouge, soit le thème "la rumeur", soit l'image suivante :

    Atelier 149 de Ghislaine ...

     

    Tous les jours, quelque soit le temps, je pars !!!! Je vais dans le petit bois près de chez moi… Ici, loin de la ville et de ses bruits, mais pourtant si près, j’écoute .. ce qui semble être le silence mais qui est loin de l’être. J’écoute le tintamarre du pic vert, qui de son bec puissant tel un marteau piqueur, creuse un arbre pour abriter sa nichée, et puis les chants de passereaux, dont  je n’ai pas identifié toutes les mélodies… j’entends le vent même léger dans les branches… C’est une atmosphère qui me ressource.

    Au sol, silencieux, comme honteux de se montrer,  quelque campagnol se hasarde à changer de place, et file sous mes yeux.

    Le long de l’allée centrale, les aurores s’en donnent à cœur joie et viennent butiner, les violettes, les  jacinthes sauvages et les primevères !  

    Atelier 149 de Ghislaine ...

     

    Après tout ce temps où je ne pensais qu’à ce virus terrible,  j’essaie de tourner la page..  Seuls le sous bois et la nature peuvent m’aider.

    Et je touche les arbres centenaires … ils m’aident à aller mieux.

    Je reçois tant de la forêt que je ne sais comment l’honorer, la remercier.. Un dernier coup d’œil et à demain …

    *********

    (Désolée d'être aussi peu présente... Je pense à vous mais le temps me manque terriblement, et puis ce virus, toujours lui, qui nous fait des frayeurs qui, au fil du temps, nous prend un temps fou, finit par nous rendre malades, d'une façon ou d'une autre !)

     


    5 commentaires
  • Même les oiseaux s'adaptent au changement.

    Atelier 146 chez Ghislaine sur le thème du changement

     

    Ghislaine, Je ne sais pas si je suis dans le thème.

    Atelier 146 chez Ghislaine sur le thème du changement

     

     


    6 commentaires
  •  

     

      

     

     

    Trouver du plaisir dans la vie d’aujourd’hui m’est bien difficile. J’en ai bien peu pour ne pas dire pas du tout.

    On n’est pas propriétaire de notre vie, toujours à la merci de quelques problèmes. Celle qui a anéanti nos libertés, y compris celle de penser,  a un nom et elle est présente à chaque instant de nos journées. Prendre le soleil quand il est là, va peut-être  améliorer provisoirement notre score en vitamine D mais le bienfait sera passager ..

     

    Vous l’aurez sans doute compris, je suis comme beaucoup : mal en point, prisonnière de pensées négatives qui envahissent l’esprit.

    ♥♥♥♥♥♥♥♥

    Merci ma Ghislaine 

    Merci Manola pour ce joli cadre

     

     

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier

    >


    5 commentaires
  • IMMENSE MERCI MA DALI

    BISOUS

     

     


    6 commentaires
  • « Maman », quel joli mot ! Le plus beau du monde ! Un mot plein d’amour.

    Enfin c’est mon avis…

    Maman et aimer ! Juste un sujet et un verbe qui étaient faits pour se rencontrer…Voilà ce que dit mon cœur ! Tiens, j’irai même jusqu’à dire qu’ils sont  merveilleux, et qu’à eux deux, ils font l’essentiel d’un humain.

    Dans la course de la vie, du premier au dernier jour, au moindre obstacle, comme au plus beau moment, on n’a que ce mot à la bouche « maman », que l’on soit président ou pauvre manant..

    atelier d'écriture de Ghislaine n° 137


    5 commentaires
  • création

     

     

    Merci Pink ainsi qu'à la traductrice

     
    Merci Grisi et Jewel pour les tubes empruntés

     


    3 commentaires
  • un bon moment de création

     

    un tutoriel néerlandais ! Merci Jille

    http://www.jille.be/tutorials/Covid/Covid-2020.htm

    un tube principal emprunté à Renée : Merci

     


    9 commentaires
  •  Pensées autour de quelques mots.

    Le Rimarien établi 2

    J’ai beaucoup de mal à penser que je pourrai ...un jour... (même pas en rêve) balancer une châtaigne à quelqu’un …Ce que je n’ai jamais fait de ma vie, même enfant … alors que j’étais la cadette d’un garçon plus que parfait. Ces trois mots parlent d'eux-mêmes. Enfant, j’étais dans le brouillard des cinq ans de retard que j’avais sur lui… Qu’importe ! Ni les moqueries, ni les incivilités de ce renard impuni ne m’ont fait baisser les yeux…

     

    J’ai déjà raconté ici comment il jouait avec mes peurs … alors que nous allions cueillir champignons ou autres fruits de l’automne ! Comme j'étais naïve ! 

     

    Mon caractère volontaire, entreprenant et débrouillard, m’a quelquefois conduit dans un platane.. Mais finalement, on grandit de ses erreurs, et l’important n’est-il pas de se relever et de continuer !

    Chez Rimarien ... Pixelie nous invite à écrire ! voyez la suite .... n°2


    8 commentaires
  • Durant des années, je t’ai attendu toutes les fins d’après midi, mon nez collé sur le trottoir devant ce petit troquet, 

    Ma patience à tout épreuve, ma fidélité sans faille te laissaient indifférent.

    Avec ferveur, dans le brouillard ou dans la neige, j’étais là. Pour le meilleur et pour le pire… nous étions unis. Et le pire avec toi, c’était quand tu sortais, vacillant, un œil à peine ouvert, complètement ivre.

    Mon amour pour toi m’empêchait de voir combien tu étais pitoyable.. Les gens croisés, riaient sous cape car la scène était cocasse.. Moi remuant la queue et toi vociférant tout le long du chemin nous menant à la maison.

    Atelier d'écriture de Ghislaine n° 134 - Les mots à insérer sont en rouge


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique